Etoile Pulsar

PulsarUn Pulsar est une étoile à neutrons en rotation rapide. Donc, nous savons maintenant ce que c'est qu'une étoile, puisque nous avons défini le Soleil qui n'est ni plus ni moins qu'une étoile parmi tant d'autres. Par contre, en ce qui concerne les neutrons, on va essayer de rester très simple, car c'est très compliqués. Il s'agit en fait de minuscules particules électriquement neutres, qui combinées avec d'autres, composent des noyaux et des atomes. Du reste, en les combinant avec d'autres éléments, comme de l'uranium ou du plutonium, on produit des réactions de fission nucléaire. Et on se sert de la fission nucléaire, pour créer notamment des armes extrêmement destructrices. Tout ça pour dire qu'il s'agit d'une source d'énergie considérable et très puissante. Mais, revenons en à notre Pulsar, pour dire que c'est une étoile à neutrons en rotation rapide, qui diffuse dans l'espace un rayonnement lumineux au travers d'émissions lumineuses très brèves, et qui se reproduisent à intervalles extrêmements réguliers. Ces intervalles peuvent être de quelques millièmes de secondes, à quelques secondes. D'ailleurs, le nom original qui a été donné au premier Pulsar découvert, était : « LGM », pour Little Green Men (les petits hommes verts), car le signal faisait penser à celui provenant d'une balise qui aurait été fabriquée par une intelligence extraterrestre. Après maintes spéculations, il fut admis que seul un objet naturel pouvait être responsable de ce signal. Mais, le véritable nom de Pulsar provient de : "pulsating radio source" (source radio pulsante), dont les rayonnements électromagnétiques à intervalles réguliers, font penser à des pulsations. Les Pulsars ont été découverts en 1967 par Jocelyn Bell et Antony Hewish à Cambridge alors qu'ils utilisaient un radiotélescope pour étudier la scintillation des quasars (astres très lumineux). De plus, il est largement admis que les impulsions que nous observons sont produites quand un faisceau de rayonnement est dirigé dans notre direction à chaque rotation de l'étoile à neutrons. Et, en 2003, des observations du Pulsar de la nébuleuse du Crabe ont même révélé l'existence de sous-impulsions d'une durée de quelques nanosecondes se superposant au signal principal. On pense que ces impulsions sont émises par des régions de la surface du Pulsar ne faisant pas plus de 60 cm de diamètre, ce qui font d'elles les plus petites structures à l'extérieur du Système Solaire à pouvoir être mesurées. Comme mentionné ci-dessus, la découverte des Pulsars a permis aux astronomes d'étudier un objet jamais observé auparavant : l'étoile à neutrons. Ce genre d'objet est le seul endroit où on peut observer, indirectement, le comportement de la matière à une densité similaire à celle existant dans un noyau atomique.